Furetant sur la toile, j’ai eu plaisir de trouver un petit article dont j’ai récupéré le titre, parfaitement adapté à ma vision de la photo en 2016.

L’article original écrit par Loïc OLIVE est une belle réflexion et un témoignage sur l’utilisation actuel des tous ces gadgets prenant des photos.

Par cet article, je souhaitais aussi donner un témoignage sur la qualité photo à l’heure où le simple fait de prendre une photo ne relève plus d’une réflexion, mais simplement de lancer l’application et d’appuyer sur le déclencheur du smartphone.

Quasiment aucun cadrage, une photo sur-bruitée dans les environnements peu lumineux, des flous de mouvement suite au non respect du temps d’exposition non indiqué sur le « photophone ».

Malgré les « prouesses » techniques vendues par les publicités, n’oubliez pas que les photos « saisies » sur le tout dernier super téléphone sont prisent avec un véritable appareil photo et non pas avec l’appareil présenté (et pourtant … )

Ce témoignage remonte à un voyage aux USA effectué dans le cadre d’une sortie scolaire en 2014, réalisant de la photo par passion, j’avais embarqué avec moi mon petit reflex (un Sony α55 – petit mais ayant toutes les fonctionnalités que je recherchais à l’époque où je m’adonnais aux plaisir de la photo sans grand budget 🙂 )

Je voyais avec stupeur que la plupart des élèves que j’encadrais n’avais pour ramener des souvenirs imagés, que leur propre smartphone …

Un smartphone est un objet conçu pour communiquer (téléphone, SMS, IM …), s’informer et accessoirement, pour prendre des photos

Oui, j’ai bien dit accessoirement ! Un smartphone ne sera jamais aussi bon qu’un appareil photo pour la simple et bonne raison qu’un portable est avant tout un outil conçu pour communiquer. Le mot photographie signifie littéralement écrire de la lumière. Prendre des photos, ce n’est pas communiquer, c’est ce que l’on fait après de ses images qui est de la communication.

De plus, la miniaturisation des appareils (on en trouve maintenant de partout … même dans des casquettes), c’est super, mais il faut savoir que cela a inévitablement une incidence sur la qualité des images. Les lois de la photo sont ainsi faîtes :

– plus le capteur est de grande taille , meilleure est l’image capturée par celui-ci.
– plus le capteur est de grande taille, plus les optiques sont volumineuses (et leurs prix aussi ^-^ ).

Bien sur encore, les progrès techniques faisant, la qualité des images délivrées par les capteurs s’améliore au fil des générations d’appareils. Il en est de même pour la stabilisation des optiques. Mais, si la qualité des images délivrées par les smartphone progresse, celle des appareils photos numériques progresse également.

Autant, lors du voyage précédent (c’est quand même un voyage de l’autre côté du monde), quelques élèves avaient pris des appareils photo (COMPACT, certes, mais avec un capteur digne de prendre des images), le voyage suivant … aucun …

Aussi, lors de la création de l’album souvenir, je n’ai pu me baser que sur les clichés pris par mes soins … dommage :/

Certains m’ont alors posé la question du « pourquoi je n’ai pas pris leurs photos pour l’album ? », j’ai répondu en imprimant un photo montage avec un affichage à 100% d’une photo prise avec l’appareil et au même lieu une faite avec le smartphone d’un élève.

Pas besoin d’argumenter plus, ils voyaient la différence. Pareil pour la retouche photo, un JPEG (voire même un RAW) d’une appareil photo est clairement différent au JPEG du smartphone.

Les smartphones sont à l’origine d’un nouveau comportement : prendre un gros tas de photos et les partager, peu importe la qualité.
À croire que les photos sont prisent, juste pour être prises.

Avec l’avènement de la photographie numérique, le cout d’une photo est désormais nul (autrement que l’achat du téléphone et son rechargement électrique), cette génération ne sais pas ce que c’est de payer pour avoir une photo. Achat de la pellicule, développement, tirage sur papier, toutes ces actions menaient une dépense qui avait au moins le simple avantage de nous faire réfléchir à 2 fois lorsque l’on appuyait sur le bouton.

J’ai la nette impression qu’aujourd’hui, l’action de partager la photo est plus importante que l’action de la prendre … Vu sous cet angle, il est clairement compréhensible que les gens préfèrent prendre leur smartphone.

Quand je vois les bornes d’impression proposer d’importer les photos depuis leur compte Facebook et autre réseaux sociaux, j’ai peine à voir le résultat. Les images présentent sur ces réseaux sont optimisées surtout pour l’affichage Web (image compressée avec une qualité écran, peu pratique pour un tirage papier) … alors pourquoi les imprimer, vous savez que vous aurez une piètre qualité …

Finalement, voir tout cela me chagrine … Pourquoi ?

Les « Selfies » pris avec les proches sont bruités et de faible qualité, rendant impossible l’impression de ces photos
La plupart des photos qui sont prisent dans un environnement à moyenne luminosité (en intérieur, même en plein jour) sont floues, bruitées alors qu’un simple compact permettrai de palier ces imperfections (Aujourd’hui, je me ballade toujours avec mon petit SONY RX100, affectueusement prénommé Max, afin d’immortaliser des instants où que je sois)
Je vois sur les réseaux sociaux pulluler des photos prisent en très basse qualité et bourrés de filtres … les éditeurs de ces applications se permettent même d’apposer leur logo sur chaque cliché.

Cette génération sera-elle alors synonyme de la
« Génération PhotoMoche » ?

J’ai la peur de voir ces photos devenir un standard, les utilisateurs ne faisant que trop confiance à ces photophones, grimés par des publicités montrant les « qualités » de leurs appareils photo … qui, comme dit en introduction, sont prisent au travers de véritables appareils (Reflex, Hybrides, voir même compact de haute qualité).

Ces mensonges me mettent très souvent hors de moi.

Même si des alternatives existent aujourd’hui comme le prometteur DxO One, petit appareil avec un capteur 1″ connectable sur un iPhone ou simplement avec les appareils photo compact connectés offrant des fonctions de partage direct (ce que veux le peuple apparemment), tout espoir n’est pas perdu 🙂
Ainsi se termine mon point de vue, celui-ci n’est pas exhaustif et ne reflète pas la vision de tous.

D’ailleurs, que pensez vous de cette génération ?

Commentaires
Catégories : FOKUTruc